Promouvoir l’autonomie du sommeil chez le bébé

202
Partager :

Les yeux cernés et le manque de sommeil est le lot de désagréments de tous les jeunes parents. La fatigue s’installe très vite et peut devenir chronique, tout cela parce que bébé ne fait pas ses nuits. Pourquoi promouvoir l’endormissement autonome chez le bébé et comment vous y prendre ?

L’importance de l’autonomie du sommeil chez le bébé

L’autonomie du sommeil ou l’endormissement autonome est aussi crucial pour le bébé que pour ses parents. Il en va de la qualité du sommeil du bébé et de son développement en général. Un bébé qui s’endort en toute autonomie et qui parvient à s’apaiser tout seul lors de ses petits réveils nocturnes est un bébé qui capable d’autoréguler ses émotions.

A lire en complément : Découvrez les nombreux avantages des différents types de portage

Il n’a pas besoin des bras de sa maman ou de son papa pour se rendormir. Pour les jeunes parents, un bébé qui s’endort et se rendort en toute autonomie est la garantie de moins de nuits blanches, de moins de stress au quotidien et d’une meilleure gestion des tâches et responsabilités quotidiennes. Néanmoins, il faut retenir que chaque bébé est UNIQUE.

Promouvoir l’autonomie du sommeil : à quel âge du bébé ?

La plupart des méthodes pour l’autonomie du sommeil chez le bébé n’est préconisée qu’après l’âge de deux mois accomplis. En règle générale, c’est entre 3 à 6 mois que les bébés développent leur capacité à s’endormir tout seul. Il est toutefois impossible de généraliser puisque de nombreux bébés ne s’endorment tout seul que très tard.

A lire en complément : Faire un stock de couches bébé en avance : bonne ou mauvaise idée ?

En grandissant, bébé aura de moins en moins besoin de l’intervention de l’un de ses parents ou d’une tierce personne pour s’apaiser. Pour se calmer, il aura tendance à sucer son pouce ou une sucette. Sinon, il développera ses propres moyens comme se balancer doucement ou se tourner sur le côté pour s’endormir ou se rendormir.

Les cycles du sommeil de bébé

L’apprentissage de l’endormissement autonome chez bébé n’est pas à prendre à la légère. Il faut comprendre qu’un bébé a des cycles de sommeil qui lui sont propres. Afin de reconnaître les moments où le bébé a besoin de dormir, il faut observer les signaux comme : les bâillements, le frottement des yeux, les pleurs, la somnolence ou encore l’irritabilité.

Les signes de fatigue comme les bâillements et les yeux lourds ainsi que la somnolence ne trompent pas. Ce n’est pas toujours aussi évident avec les pleurs et la mauvaise humeur de bébé. Mais vous allez pouvoir discerner cela bien assez vite. Vous verrez vite si votre bébé est un bébé actif pendant la journée et qui dort beaucoup la nuit ou le contraire.

Conseils pour apprendre l’endormissement autonome à bébé

C’est vers l’âge de 3 mois et pas plus tard que vous devez instaurer doucement l’endormissement autonome. Trop tôt, cela ne marchera pas. Trop tard, il sera difficile de se débarrasser des mauvaises habitudes. Bébé ne s’endort-il que si vous le bercez ? Par exemple, continuez à le bercer mais pas jusqu’à ce qu’il dorme.

Au fur et à mesure, vous pouvez vous contenter de le prendre dans vos bras pour le rassurer et dès qu’il se calme, le poser sur son couchage. De nombreuses méthodes existent, mais à vous de trouver celle qui correspond le mieux à votre bébé. Pour favoriser l’endormissement autonome de bébé, il faudra :

Un environnement propice au sommeil : température de la chambre à 18-20°C, couchage confortable, luminosité faible, etc.

Des rituels pour conditionner le bébé : bain, massage, histoire, berceuse, etc.

Toujours rassurer bébé : passer du temps avec lui, lui donner un doudou ou un autre objet transitionnel, consoler bébé quand il pleure sans systématiquement le prendre dans les bras et le bercer.

Partager :