Comment supprimer une lignée ?

14
Partager :

Le 6 septembre 2017, la Cour fédérale de justice (BGH) a statué qu’un homme trans* qui a donné naissance à un enfant doit légalement être considéré comme la mère de son enfant. L’article suivant souligne l’importance de cette situation juridique et ses conséquences pour les pères qui accouchent et leur famille en Allemagne.

Le jugement du BGH

A lire également : Comment les dividendes sont-ils imposés ?

Dans l’affaire sous-jacente à la décision, le demandeur avait déjà changé son prénom et son sexe de femme à masculin avant la naissance de son enfant dans le cadre d’une procédure en vertu de la loi sur le changement de prénom et de détermination du sexe dans des cas particuliers (Loi sur les transsexuels — TSG). La demanderesse n’avait subi aucune intervention médicale affectant les organes reproducteurs. Il vivait donc désormais avec le droit de vivre dans son genre masculin et avec le nouveau mâle les prénoms à adresser. Toutefois, après la naissance de l’enfant, l’autorité compétente et les tribunaux inférieurs ont refusé au demandeur d’être inscrit comme père sur l’acte de naissance de l’enfant.

Le BGH a également maintenu ce point de vue. Il a décidé que le demandeur devait être inscrit sur le certificat de naissance de l’enfant avec le prénom féminin obsolète, qui avait déjà été déposé dans le cadre d’une procédure judiciaire complexe, au lieu du prénom masculin actuel du parent.

A lire également : Quels sont les avantages du capitalisme ?

Selon la loi allemande TSG actuelle, deux rapports externes indépendants doivent être obtenus avant le changement de prénom et d’état civil. Celles-ci visent à déterminer l’empreinte dite transsexuelle par la demanderesse TSG ne se considère plus comme appartenant au sexe spécifié dans son entrée de naissance, mais au soi-disant « autre » genre et est sous pression depuis au moins trois ans pour en direct. Il est également très probable que le sentiment d’appartenance dit de sexe opposé ne changera plus. En raison des évaluations élaborées et fréquemment critiquées, ce processus prend beaucoup de temps et coûte cher aux candidats (environ 1 800 euros/processus). Cependant, à la lumière du dernier jugement de BGH, ils n’apportent toujours pas de sécurité juridique aux personnes trans* concernées si elles veulent avoir des enfants.

Pertinence pratique et problèmes juridiques

Depuis l’abolition de l’exigence de stérilisation illégale en tant que condition préalable au changement légal des revenus de genre en vertu d’un arrêt de la Cour constitutionnelle fédérale en 2011, il est possible pour les personnes trans de porter et de produire des enfants même après la reconnaissance légale de leur sexe. Cette reconnaissance de l’identité des personnes trans* et des réalités de la vie est apparue à l’international La comparaison est tardive mais pas trop tard pour rendre la législation allemande plus conforme aux droits de l’homme. Et récemment, le 8 novembre 2017, le BVerfG (1 BvR 2019/16) a de nouveau souligné le droit fondamental à la protection et à la reconnaissance de l’identité de genre (art. 2, al. 1, en liaison avec l’article 1, paragraphe 1, GG), dans son jugement révolutionnaire sur la création d’un enregistrement du genre au-delà des hommes et des femmes (le procès avait un personne inter* non identifiée binairement).

Le législateur l’a depuis l’existence de TSG malgré sept (!) Les décisions du BVERFG sur l’illégalité de la loi n’ont pas répondu au besoin urgent général de réglementation. Cela est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de reconnaître la réalité de ces familles. Le Conseil fédéral, le ministère fédéral des Affaires familiales et tous les partis établis (y compris la CDU/CSU conformément à la réponse aux postes électoraux de l’Association fédérale trans*) appellent à l’abolition ou à une réforme fondamentale du TSG. La reconnaissance juridique par les parents trans doit être pris en compte de manière particulièrement urgente.

La décision du BGH concerne en grande partie le TSG et illustre donc une fois de plus son besoin urgent de réforme. Dans sa forme actuelle, le TSG assure, en particulier par le biais des relations parents-enfants §11, une discrimination permanente par la contrainte permanente des parents trans et de leurs enfants. L’argument du BGH est que l’enfant ne devrait pas être obligé de présenter un certificat de naissance qui révélerait la transsexualité des parents à des tiers. Cela n’était possible que si nulle part il était clair qu’un homme avait donné naissance à l’enfant. Le BGH affirme également que le lien entre la fonction reproductrice et le genre est indéniablement fondé sur le plan biologique. Par conséquent, la paternité et la maternité ne doivent pas être liées à la signification sociale, mais seulement à la « contribution biologique », c’est-à-dire l’ovule ou le spermatozoïde. C’est le seul moyen de garantir le droit fondamental des enfants de connaître leur propre ascendance.

Cependant, le droit de connaître ses propres ancêtres est précisément limité par ce jugement. En fait, l’enfant a le droit de connaître sa propre lignée. Toutefois, des informations essentielles ne sont pas communiquées à l’enfant si une personne est inscrite comme mère dans le registre des naissances qui n’existe plus (dans certains cas depuis longtemps) parce qu’il s’agit déjà d’un homme avec un prénom masculin conformément aux §§ 1 et/ou 8 du TSG. L’argument selon lequel un certificat de naissance dans lequel un seul père mais aucune mère est enregistré, ou dans lequel deux mères ou deux pères sont inscrits, ne permet automatiquement aucune autre conclusion que celle qu’un parent doit être trans, ce qui oblige l’enfant à révéler l’identité trans de son parent, est en période de les parents célibataires et de même sexe sont obsolètes. D’autre part, il faut des documents qui se réfèrent à se réfèrent à des personnes légalement existantes et décrivent la réalité de la vie des familles. Tous les parents (et plus tard les adultes) savent par expérience pratique l’importance du certificat de naissance de l’enfant. La déclaration de BGH selon laquelle il n’est pas nécessaire de le montrer souvent de toute façon, et si c’est le cas, vous pouvez demander un certificat de naissance dans lequel seule la naissance, et non la parentalité, n’est pas pratique, mais loin de la réalité de la vie des personnes concernées. Le tribunal déclare que l’enfant a le droit de garder confidentielle la transsexualité du parent et de connaître sa propre ascendance. En même temps, c’est précisément cette décision qui rend le secret impossible, et la connaissance de ses propres ancêtres est une condition préalable.

§ 11 TSG fait également une différence discutable entre les enfants adoptés et les enfants nés ou conçus dans le sens de l’égalité de traitement et de la lutte contre la discrimination, car la décision judiciaire selon laquelle le Le demandeur doit être considéré comme appartenant à l’ « autre » sexe, n’affecte pas la relation juridique avec les enfants, mais seulement dans le cas des enfants acceptés s’ils ont été acceptés comme enfants avant que la décision ne devienne juridiquement contraignante. Il en va de même pour les descendants de ces enfants. Outre les droits fondamentaux et personnels valides des parents trans, la décision du BGH remet en question la soi-disant interdiction de divulgation conformément au § 5 de la TSG, étant donné que l’entrée légale antérieure du genre et les anciens prénoms d’une personne trans* ne peuvent être recherchés et divulgués. Au moment où le certificat de naissance de l’enfant indique que le père en couches est la mère ou la mère née en tant que père, cette réglementation légale est violée. Cela s’explique par le fait que le prénom actuel et modifié du père ou de la mère qui donne naissance n’apparaît pas sur le certificat de naissance de leur propre enfant. Selon l’opinion du BGH, un ancien, nom de genre contrasté.

La situation juridique actuelle et l’interprétation juridique par le BGH entraînent des problèmes concrets et quotidiens pour les familles touchées. Toute preuve de parenté nécessite la divulgation de la transsexualité et des documents non cohérents doivent être expliqués. Cela s’applique à toutes les affaires déclarantes, au bureau des impôts, au bureau des allocations familiales, à l’inscription à la garderie et à l’école, au bureau des allocations parentales, à l’employeur lors de la demande d’allocation parentale et à d’autres. La transsexualité du parent peut également être révélée aux voisins et à d’autres personnes par le biais de transactions postales avec des messages qui les contactent sous leur ancien nom et leur état matrimonial. La famille ne peut plus décider elle-même où et contre qui elle veut se protéger d’une éventuelle discrimination par le secret. L’employeur du parent trans* est également automatiquement informé de l’identité trans*, de sorte que Les parents trans* pourraient également être victimes de discrimination dans ce domaine très sensible. La situation lors d’un voyage à l’étranger n’est absolument pas claire. Comment prouver sa propre parentalité si le seul document pouvant faire le lien entre les documents d’identité du parent et le certificat de naissance de l’enfant est une décision (formulée en allemand) en vertu de la loi transsexuelle d’un tribunal de district allemand ? Les décisions judiciaires nationales n’ont pas de validité supranationale et n’ont pas besoin d’être reconnues, en particulier dans les pays qui n’ont pas de réglementation similaire à la loi transsexuelle allemande (et ils sont nombreux). La libre circulation des familles est donc limitée.

Conclusion : La jurisprudence actuelle met en danger l’intérêt supérieur des enfants

Le jugement de BGH ne semble qu’aider l’enfant à recevoir un certificat de naissance « discret », dans lequel, par exemple, en cas de une mère avec un nom féminin est répertoriée. Selon la volonté du BGH, l’enfant est désormais censé avoir un certificat de naissance qui détient un parent à l’état civil qui n’existe pas légalement ou socialement. Un enfant avec ce certificat de naissance sera également confronté à des problèmes majeurs en tant qu’adulte s’il doit prouver la relation avec son père qui donne naissance, par exemple, en cas d’héritage ou lorsqu’il doit prendre des décisions médicales pour le père en cas d’urgence. Mais surtout dans l’enfance, un tel certificat de naissance est un document inutilisable et potentiellement discriminatoire car il ne peut s’expliquer que par la divulgation de transgenres. Il n’y a aucune possibilité de simplement ne pas s’exprimer, ni pour le père trans*, ni pour l’enfant. Une telle réglementation est plus susceptible de mettre en danger le bien-être de l’enfant que de le protéger.

Ainsi, l’association allemande Trans* (BAT*) exige : Les personnes trans* qui sont parents doivent être inscrites dans le registre des naissances et le certificat de naissance de leurs enfants de manière non sexiste et avec leur prénom actuel. La reconnaissance en tant que mère ou père doit être fondée sur l’identité de genre perçue des parents et sur la réalité sociale des familles. Cela ne porte pas atteinte au droit de l’enfant de connaître sa filiation, mais le renforce plutôt parce qu’il peut documenter sa filiation sans discrimination ni sortie vis-à-vis de tiers. La situation juridique actuelle et la décision actuelle du BGH, en revanche, exposent les familles de toutes les personnes à une discrimination juridique et structurelle insoutenable ainsi qu’à une discrimination quotidienne. Par conséquent, une plainte constitutionnelle a été déposée contre cette décision.

Partager :