Qui finance les règlements spéciaux ?

13
Partager :

Qu’il s’agisse de consultations vidéo, de services au téléphoniques ou de services organisés : de nombreuses réglementations spéciales corona en vigueur depuis des mois sont prolongées au moins jusqu’au 30 juin, selon les notifications de l’Association fédérale des médecins d’assurance (KBV).

Lire également : Quels sont les avantages du capitalisme ?

Le KBV et le GKV-Spitzenverband ont prolongé le règlement spécial corona au moins jusqu’au 30 juin 2021. (Image : Adobe/Stock) Les médecins et psychothérapeutes qui ont perdu des revenus en raison de la pandémie de coronavirus reçoivent des indemnités. La décision du Bundestag prise début mars de cette année stipule qu’en consultation avec les compagnies d’assurance maladie, les associations de médecins de l’assurance maladie détermineront les réglementations appropriées sur une échelle de répartition des frais si le nombre de cas est réduit en raison de la pandémie. Des paiements de compensation devraient également être possibles pour les prestations extrabudgétaires. Toutefois, contrairement aux exigences du KBV, ces dernières sont destinées à être la rémunération totale liée à la morbidité (MGV). « Cela signifie que les services budgétisés sont encore moins précieux », craint le KBV.

A voir aussi : Comment puis-je soumettre un document à l'assurance pension ?

Consultation téléphonique prolongée

Les possibilités de consultation médicale par téléphone pendant la pandémie de coronavirus ont été étendues à tous les groupes de spécialistes. Les médecins peuvent régler les éléments du barème des honoraires (GOP) 01433 (154 points/16,92 euros) et GOP 01434 (65 points/7,14 euros). Il existe différents niveaux de « quotas téléphoniques » pour chaque groupe de spécialistes. Depuis le 1er janvier 2021, les consultations téléphoniques sont également payées comme prévu si le patient se présente au cabinet au cours du même trimestre ou consulte le médecin via une consultation vidéo. Pour les spécialistes, cela signifie qu’ils recevront les services d’appels téléphoniques du GOP 01434 même si un montant forfaitaire de base des chapitres 5 à 11, 13, 15, 18, 20, 26 ou 27 ou un Le tarif forfaitaire de Consiliary arrive à la facturation. De même, la G-BA a également mis en œuvre ces règlements pour les soins spécialisés ambulatoires.

À qui s’adresse la consultation téléphonique ?

La consultation téléphonique est principalement destinée aux patients qui ne peuvent pas entrer en pratique. Dans ce cas, le GOP est payé en supplément du GOP 01435 (consultation d’un patient par téléphone en cas de maladie). La consultation téléphonique n’est possible qu’avec des patients connus. « Connu » signifie que le patient a pratiqué au moins une fois au cours des six derniers trimestres précédant le trimestre de la consultation. Si les consultations se déroulent exclusivement par téléphone pendant le trimestre, il n’est pas nécessaire de lire la carte de santé électronique (eGK). Dans ce cas, le cabinet prend les données de la personne assurée du dossier du patient pour la facturation.

Les médecins peuvent proposer des consultations vidéo illimitées. KBV et Les compagnies d’assurance maladie ont levé les restrictions actuelles sur l’utilisation de la consultation vidéo pendant une période limitée. Cela signifie que le nombre de cas et le volume d’activité ne sont pas limités. La consultation vidéo est possible pour toutes les indications et même si le patient n’a pas été traité par le médecin auparavant.

Moins de formation nécessaire en 2020

Les urologues qui participent à l’accord en oncologie devront fournir moins de formation pour 2020 en raison de la pandémie de coronavirus. Le KBV a convenu avec le GKV Spitzenverband d’un règlement spécial correspondant. Pour l’année 2020, les médecins n’ont qu’à prouver 30 points CME au lieu de 50. Il suffit également que les médecins participent à une consultation de pharmacothérapie neutre dans l’industrie certifiée par l’association médicale. En fait, l’accord sur l’oncologie prévoit la participation à au moins deux de ces consultations.

source : Nouvelles de la pratique de l’Association fédérale des médecins d’assurance (KBV) (>> Ici pour un aperçu)

Partager :